Interview

Gilles Pennelle : « Jamais notre mouvement n’a eu autant d’électeurs ».

Marine Le Pen a perdu, êtes-vous déçu ?
Non, car 11 millions de Français ont voté pour elle. Jamais notre mouvement n’a eu autant d’électeurs. Et beaucoup de nouveaux électeurs ont voté pour nous pour la première fois. C’est une victoire historique. Parallèlement, nous vivons aussi la plus grande escroquerie de l’histoire. Monsieur Macron et En Marche ! ont été montés par une oligarchie massivement rejetée et qui se maintient au pouvoir.

Pour vous, c’est donc François Hollande qui a gagné ?
Oui, alors qu’il était massivement rejeté par les Français. Jean-Yves Le Drian est d’ailleurs la preuve de l’escroquerie politique qu’est M. Macron. Il fait partie lui-même de « l’establishment », et il est monté sur le pont de M. Macron pour être sur le même bateau. Les Français voulaient changer de visages et en fin de compte, ils vont se retrouver avec les mêmes.

Marine Le Pen ne paie-t-elle pas sa mauvaise prestation lors du débat de l’entre-deux tours ?
Je ne le crois pas. Le débat n’a pas eu d’influence, même s’il a suscité beaucoup de commentaires.

Comment analysez-vous les résultats en Bretagne ?

Nous savons bien que la Bretagne est pour nous une terre plus difficile qu’ailleurs. Mais jamais autant de Bretons n’auront voté pour nous. C’est un socle solide pour l’avenir. C’est encourageant, d’autant qu’il y a beaucoup de primo-votants.

Croyez-vous en une dynamique favorable au FN pour les législatives ?
Oui, car le camp des Républicains et des centristes est discrédité. Ils vont combattre Macron alors qu’ils l’ont soutenu pendant quinze jours. Par définition, les Français vont nous faire confiance pour être la véritable opposition.

Y compris en Bretagne ?
Le paysage politique est complètement éclaté. La France Insoumise n’a pas disparu. On pourra avoir de nombreuses triangulaires dans les circonscriptions, comme celle dans laquelle je serai candidat (6ème circonscription d’Ille-et-Vilaine).

Ces résultats ne sont-ils pas encore une fois le signe du fameux « plafond de verre » pour le Front national ?
Nous allons travailler pour le faire disparaître et profiter du profond renouvellement du paysage politique français pour rassembler plus large tous les patriotes.

En Bretagne, Marine Le Pen réalise de mauvais scores dans les villes. Cela ne constitue-t-il pas un handicap pour un parti qui veut remporter des élections majeures ?
C’est un de nos soucis. Il y a la France des villes et la France des campagnes. C’est à cette France-là, qui souffre, que je pense car ce sont des gens abandonnés.

Source: Le Télégramme – 8 mai 2017

Interview de Emeric Salmon, Conseiller régional de Bretagne, responsable FN pour la ville de Rennes

A l’occasion des Estivales de Marine Le Pen à Fréjus, le site Breizh-info.com a interrogé Emeric Salmon, conseiller régional de Bretagne, afin de recueillir ses impressions sur les travaux et les déclarations du week-end, mais aussi sur son rôle en tant qu’élu de Bretagne. Extraits choisis.

image

Breizh-info.com :  Pouvez vous vous présenter à nos lecteurs. Qu’est ce qui vous a poussé à rejoindre le Front national ?

J’ai 42 ans. Né à Vannes, je vis à Rennes depuis 1993 où je suis arrivé pour faire mes études supérieures et où je suis resté pour ma vie professionnelle. J’ai toujours été électeur du Front national (mon premier vote en 1992 a été « non à Maastricht »). J’ai adhéré au Front national pour la 1ère fois en 2004 et c’est ma rencontre avec Gilles Pennelle à l’automne 2014 qui m’a fait basculer de simple adhérent à militant actif et désormais élu au conseil régional de Bretagne.

Breizh-info.com : De retour des Estivales de Fréjus, quel bilan tirez-vous de ces deux journées de travaux ?

Ce fut un moment important de la vie politique française. Marine Le Pen avait déjà fait sa rentrée politique il y a quelques semaines à Brachay mais lors de ce weekend à Fréjus nous avons pu assister dans une ambiance militante très forte à de nombreuses tables rondes sur l’ensemble des sujets importants qui seront au cœur de la campagne présidentielle.

Breizh-info.com : La question de l’immigration n’a semble-t-il pas été au centre de ces deux journées. N’est-ce pas une erreur dans une période où il s’agit d’une des préoccupations majeures des Français ?

L’immigration a été abordée dans plusieurs tables rondes pendant le weekend notamment deux dans la salle plénière. Une première à laquelle participaient Valérie Laupies, Nicolas Bay, Gilles Pennelle et Cyril Nauth dont le titre « Immigration et communautarisme : la France au bord de l’explosion » exprime tout à fait la position du Front national sur cette question. La deuxième en présence de Marion Maréchal Le Pen, Steeve Briois, Marc Etienne Lansade, Robert Morio et Philippe Franceschi dont le titre « Sécurité et Justice, en finir avec le terrorisme islamique » avait bien sûr posé l’immigration au centre du débat. L’immigration et l’identité étaient également au cœur du discours de clôture de Marine Le Pen.

Breizh-info.com : En faisant de la souveraineté nationale (sortie de l’UE, de l’Otan, indépendance de la France) la question principale, la question de l’identité – sur laquelle la droite insiste beaucoup à l’heure actuelle n’est-elle pas mise au second plan ?

Les Républicains sont dans les paroles et pas dans les actes. Les actions de Nicolas Sarkozy comme ministre entre 2002 et 2007 puis comme président de la République entre 2007 et 2012 prouvent une chose : il promet, il promet, il promet…. puis il ne fait rien ; d’autant plus que sans souveraineté nationale rien ne sera possible sur la protection de l’identité française. L’Europe de Bruxelles interdira ou sanctionnera toute mesure visant à protéger notre identité. Ceux qui, chez les Républicains, promettent de défendre l’identité Française tout en restant dans l’Union européenne mentent aux Français.

Breizh-info.com : Quel plan de bataille pour 2017 ? 

Nous avons tous (adhérents, militants, cadres et élus du Front national) la conviction que Marine va l’emporter. Le combat sera compliqué car le système politique va tout faire pour empêcher cette victoire mais Marine va s’appuyer sur les nombreux collectifs qui aujourd’hui permettent au Front national d’être présent sur l’ensemble des thématiques importantes. Les Français vont ainsi découvrir que Marine Le Pen a de vraies propositions pour répondre à leurs problèmes. Puis, au début 2017, viendra la période concrète de la campagne avec des grands meetings réguliers.

Breizh-info.com : Que vous inspire le slogan « au nom du peuple » choisi par Marine Le Pen ? N’est-ce pas un petit peu présomptueux ?

Pour bien le comprendre il faut réécouter Marine Le Pen dans son discours de dimanche. Elle explique ce slogan. Les dirigeants de notre pays, d’après la définition même de ce qu’est la démocratie, ne doivent penser qu’à une seule chose : gouverner au nom du peuple français et uniquement pour le peuple français. Avec Marine Le Pen présidente de la République, cela sera : « Tout pour le peuple Français, rien sans lui, rien contre lui ».

Breizh-info.com :  En Bretagne, comment allez vous préparer la campagne pour les législatives et les présidentielles ?

Nous sommes désormais structurés en Bretagne pour pouvoir mener une campagne efficace ; nous l’avons démontré avec le très bon résultat obtenu lors des dernières élections régionales. Pour la présidentielle, nous seront tous (élus ou militants) des représentants de Marine Le Pen sur les marchés, dans les médias locaux, lors des tractages. Il y aura un grand meeting avec un leader national à Fougères courant janvier 2017 et d’autres actions tout au long du printemps.

Retrouvez l’intégralité de l’article en cliquant sur Breizh-info

Logo-Breizh-Info

Haut de page