Actualités

Essor d’une nouvelle zone de non-droit à Rennes : le ras-le-bol à la Bellangerais aussi !

Julien MassonCommuniqué de Julien Masson, Responsable Front National de la 2ème circonscription d’Ille-et-Vilaine.

Depuis des mois, les riverains du square de Sibiu dans le quartier de la Bellangerais sont excédés. Le parc est en effet privatisé par une trentaine de racailles qui y interdisent l’accès afin de consommer et de continuer leur trafic de drogues tranquillement.

Lieu longtemps apprécié des Rennais pour des pique-niques autour du barbecue en pierre, des gouters d’anniversaire, les jeux des enfants après l’école,… les riverains sortent désormais la boule au ventre et les mamans rasent les murs. Agressions, insultes et obscénités quand des femmes se promènent bras nus l’été, coups de feu, menaces avec boules de pétanques et chaines de vélo… de jour comme de nuit la situation est invivable !

La municipalité socialiste est pourtant alertée depuis des mois mais comme le déplore un riverain « rien ne change ». Pire, après que des caméras aient été installées au centre commercial voisin, les dealers ont donc investi le parc et y sèment la terreur dans l’indifférence générale. La réaction des élus socialistes est surréaliste : « ils sont contents de savoir qu’ils sont là ! » (Sic).

Il est inadmissible que cette situation perdure, la peur doit changer de camp immédiatement. La réponse face à ces petits caïds qui pourrissent la vie des riverains doit être rapide et ferme. Le bilan de l’UMPS en la matière est un terrible échec.

Avec Marine Le Pen, le désarmement et la reprise en main des zones de non-droit par l’Etat seront une priorité. Les parents de mineurs délinquants récidivistes se verront supprimer le versement des aides sociales en cas de carence éducative manifeste. Les Rennaises et les Rennais attendent des actes !

Seul le Front National leur permettra de retrouver le calme et la tranquillité.

Réserve parlementaire de Thierry Benoit : une pratique électoraliste qu’il faut supprimer !

GillesCommuniqué de Gilles Pennelle, Président du groupe des élus FN au Conseil régional de Bretagne, Secrétaire départemental du Front National en Ille-et-Vilaine.

Avant les prochaines élections législatives, Thierry Benoit peut faire campagne à nos frais avec sa « réserve parlementaire ».

Comme pour chaque député, il a en effet reçu une belle cagnotte de 141 000 € pour l’année 2016 lui permettant de jouer au Père Noël avec les communes et associations du pays de Fougères à grand renfort de communication.

Thierry Benoit a ainsi pu distribuer en 5 ans plus de 700 000€ payés par nos impôts. Cet argent n’est pas le sien, c’est celui des contribuables.

La réserve des parlementaires est un scandale dont le coût pour les Français est estimé à plus d’un milliard d’euros depuis 8 ans.

La mission d’un parlementaire est de voter les lois pas d’être un mécène intéressé qui arrose, par pur clientélisme, selon son bon plaisir.

Avec Marine Le Pen, le nombre de parlementaires sera diminué et la réserve parlementaire supprimée.

Toutes les collectivités subissent aujourd’hui de plein fouet la cure d’austérité imposée par Bruxelles et appliquée par l’UMPS. Nos communes rurales connaitront avec le Front National une augmentation de leurs dotations financières.

Celles-ci seront versées directement par l’État dans un souci d’équité.

Stop à la violence en centre-ville, pour une ville de Rennes apaisée.

z-bB4GyQCommuniqué de Sébastien Angué, Responsable Front National de la 8ème circonscription d’Ille-et-Vilaine.

Ces derniers jours, l’ambiance autour de la place Saint-Anne s’est considérablement dégradée. La presse évoque de nombreux actes de violences et d’alcoolisation excessive sur la voie publique. L’exaspération gagne les commerçants et riverains du quartier.

La Police Municipale ne reçoit pas les ordres nécessaires afin d’endiguer ce fléau et se retrouve accusée à tort de laxisme.

Mme Appéré et la majorité socialiste, préférant s’occuper de l’accueil des migrants sur le territoire, et soutenue par l’opposition molle des Républicains, délaissent complètement la sécurité de nos concitoyens et laissent se détériorer le bassin économique local, déjà mis à mal par les manifestations violentes de l’année 2016.

Le Front National, soucieux de préserver l’attractivité et la sécurité du centre historique de Rennes, demande le renforcement des effectifs et l’armement de la Police Municipale, la mise en place d’une interdiction et d’un contrôle ferme de la consommation d’alcool et de stupéfiants sur la voie publique. Il demande également l’interdiction de la mendicité agressive afin de restaurer la tranquillité d’un quartier qui se veut dynamique.

CETA : Un nouveau coup dur porté aux agriculteurs bretons !

GillesCommuniqué de Gilles Pennelle, Président du groupe des élus Front National au Conseil régional de Bretagne, Secrétaire départemental du FN en Ille-et-Vilaine.

L’accord de libre-échange avec le Canada, approuvé cette semaine par le Parlement européen mais combattu par les élus Front National, est une nouvelle preuve de l’irresponsabilité de l’Union européenne et de ses thuriféraires de droite et de gauche.

En supprimant, au nom d’une idéologie libre-échangiste déconnectée de la réalité, les dernières barrières douanières et normes sanitaires sur les produit…s canadiens, ce traité constitue une grave menace pour les agriculteurs bretons.

Ce sont avant tout nos éleveurs bovins qui seront impactés. Ce traité ouvrant au Canada la possibilité de déverser 50 000 tonnes de viande bovine sur le marché européen. Un tel traité est criminel vis-à-vis de nos éleveurs déjà gravement frappés par une crise sans précédent.

Seule Marine Le Pen Présidente de la République aura la volonté d’enfin protéger notre modèle agricole en dénonçant ce funeste accord et en tournant le dos à une Union européenne dont les méfaits pour nos agriculteurs ne sont plus à démontrer !

Diffusion en avant-première du film anti-national « Chez nous » au Gaumont Rennes. Le monde du showbiz au secours d’un Système aux abois !

EmericCommuniqué de Emeric Salmon, Conseiller régional de Bretagne, Responsable de la section Rennes du Front National.

Le film anti-FN « Chez Nous » du réalisateur belge Lucas Belvaux sera diffusé en avant-première ce soir au Cinéma Gaumont de Rennes.

Grassement subventionné par nos impôts (plus d’1 million d’euros de fonds publics), sponsorisé par les chaînes publiques, ce film à charge et aux clichés déjà maintes fois ressassés sortira officiellement dans les salles à 2 mois de l’élection présidentielle. Le coût de ce film sera-t-il comptabilisé dans les comptes de campagne des autres partis ? On peut l’espérer puisqu’il s’agit d’une propagande ouvertement assumée par le réalisateur lui-même : « La présidentielle approchant, il m’a semblé qu’il était urgent de faire ce film » !

Une nouvelle fois le microcosme des artistes subventionnés se mobilise pour tenter de lutter contre l’espoir de millions d’électeurs… mais que ferait la gauche bien-pensante sans le FN ? Elle s’ennuierait !

Les Français ne sont pas dupes des basses manoeuvres d’un système aux abois et porteront Marine à l’Elysée pour reprendre leur destin en main.

Reportage TVR35 : Qui est Gilles Pennelle, le patron du FN en Bretagne ?

Découvrez ce reportage exclusif consacré à Gilles Pennelle, Chef de file du Front National en Bretagne… et de retenir : « Je pense que Marine Le Pen va arriver en tête au premier tour en Bretagne ! « 

Déboutés du droit d’asile : des exigences bien surprenantes

EmericCommuniqué de Emeric Salmon, Conseiller régional de Bretagne, Responsable de la section Rennes du Front National.

Après avoir occupé la maison des associations ce week-end, des déboutés du droit d’asile « réclament un toit » et font appel à l’hébergement d’urgence du 115. D’abord pris en charge dans un hôtel à proximité de la gare de Rennes, une maison vide est actuellement squattée pour les héberger.

Les déboutés du droit d’asile, n’ayant pas obtenu le statut de réfugié et devenus de fait clandestins, n’ont pas à se maintenir sur le territoire, encore moins à exiger un toit. Encore faudrait-il que la loi soit appliquée.

Le droit d’asile est aujourd’hui totalement dévoyé. Un rapport de la Cour des comptes tirait la sonnette d’alarme en 2015 : malgré l’obligation de quitter le territoire français (OQTF) qui leur est notifiée, 96% des déboutés du droit d’asile ne sont pas reconduits à la frontière et restent donc sur le territoire national au mépris de la loi. La Cour des comptes ajoutait que cette politique « est devenue la principale source d’arrivée d’immigrants clandestins en France (…) elle n’est pas soutenable à court terme. Elle est au bord de l’embolie ». La situation est ainsi dramatique pour l’hébergement d’urgence comme le rappelle la Cour « La saturation du dispositif d’accueil de demandeurs d’asile conduit à un report conséquent des demandes sur l’hébergement d’urgence de droit commun. Il en résulte un effet d’éviction de personnes sans domicile qui auraient dû bénéficier d’une place ». Ces dérives portent à plus de 2 milliards d’euros par an le coût global de l’asile.

Une réforme profonde du droit d’asile est plus que jamais nécessaire afin de lui assurer sa vocation originelle et de faire appliquer l’état de droit en éloignant systématiquement les déboutés du droit d’asile.

Perquisition et gardes à vue : comme un parfum de scandale à La Mézière !

Julien MassonCommuniqué de Julien Masson, Responsable FN de la 2ème circonscription d’Ille et Vilaine.

Le lundi 9 janvier l’hôtel de ville de la Mézière a été perquisitionné et cinq élus, anciens et actuels, dont le maire socialiste Gérard Bazin et son adjoint à l’urbanisme Régis Mazeau, ont été placés en garde à vue pour « prise illégale d’intérêt ».

Certaines maisons du lotissement du Pré Jouanette, appelé aussi par les habitants « le lotissement du maire », auraient en effet été vendues à des proches de ces élus. Les auditions des enquêteurs ont d’ailleurs permis de déterminer certaines responsabilités.

La présomption d’innocence est de mise, mais si ces accusations de copinages venaient à s’avérer exactes dans les semaines à venir, elles jetteraient un discrédit total sur la gestion des équipes menées par Gérard Bazin, maire depuis 12 ans. Elles démontreraient une nouvelle fois un système que nous avons déjà constaté et dénoncé dans bien d’autres collectivités tenues par des barons locaux, souvent socialistes.

Le Front National souhaite que toute la lumière soit faite rapidement sur cette affaire et appelle les Français à mettre fin aux petits arrangements et à précipiter la chute des féodalités et baronnies du système.

Haut de page